La responsabilité du Maire à raison de propos diffamatoire dans un magazine municipal

1 Fév. 2024 | Collectivités territoriales, Infos

Le maire d’une commune a été condamné par le tribunal correctionnel, puis par la Cour d’appel du chef de diffamation publique envers un citoyen chargé d’un mandat électif public (un élu d’opposition) à raison de propos publiés dans un numéro du magazine municipal, dans lequel un ancien premier adjoint au maire, membre de l’opposition, était mis en cause.

La Cour de cassation a cassé et annulé l’arrêt en ses seules dispositions ayant condamné le prévenu à indemniser la partie civile. En effet, la Cour d’appel avait estimé que la faute résultant des propos diffamatoires tenus par le maire ne présentait pas le caractère d’une faute personnelle détachable du service au motif que les propos en cause ont été tenus par le maire dans le cadre d’une tribune écrite, publiée dans le journal municipal, ainsi que sur le site internet de la ville,  dans le cadre de sa fonction de directeur de publication.

La Cour avait considéré qu’il s’agissait d’une démarche politique collective et non personnelle, que les propos ont été écrits sous la qualité d’élu répondant à un autre élu et qu’il n’existait aucune préoccupation d’ordre privé.

La Cour de cassation, par un arrêt du 5 décembre 2023 a cassé l’arrêt de la Cour.

Elle rappelle que les tribunaux répressifs de l’ordre judiciaire ne sont compétents pour statuer sur les conséquences dommageables d’un acte délictueux commis par l’agent d’un service public que si cet acte constitue une faute personnelle détachable des fonctions.
Pour que les tribunaux de l’ordre judiciaire retiennent leurs compétences, il leur appartient de rechercher quelles étaient les obligations attachées à la fonction de directeur de la publication du journal municipal, qu’il constitue un support de la mission de service public de la communication communale.

La Cour d’appel devait s’interroger et préciser si les faits procédaient d’un comportement incompatible avec lesdites obligations et notamment s’ils révélaient, sous couvert de la mission qui lui avait été confiée, une préoccupation d’ordre privé manifestant une intention de nuire. L’affaire est renvoyée devant une nouvelle Cour d’appel. A défaut de préoccupation d’ordre privée, il appartiendrait aux juridictions administratives de statuer sur le préjudice.

Avocat Daniel Lasserre de la société Elige Bordeaux

Auteur de l’article

Daniel LASSERRE
Avocat associé à Elige Bordeaux

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’importance de bien définir la finalité de la collecte de données dans le cadre du RGPD

Une société spécialisée dans le domaine de la santé a collecté les données personnelles de patients et a prétendu avoir réalisé cette collecte en respect des conditions de sa politique de confidentialité.Il semble utile de rappeler que les données de santé sont des...

Quels juges peuvent suspendre des travaux en raison de la présence d’espèces protégées ?

Plusieurs associations de défense de l'environnement, ont saisi le juge des référés du Tribunal administratif de Toulon d'une demande de suspension de travaux prétextant la présence d'espèces protégées et ont vu leurs demandes rejetées.Elles ont assigné la société en...

L’importance d’établir la liste des créanciers par le débiteur

L'établissement de la liste des créanciers par le débiteur en redressement judiciaire est une formalité à la portée considérable.La sanction subie par les créanciers qui omettent de déclarer leur créance, après l'ouverture d'une procédure collective, est sévère. Ne...

Réforme de la procédure d’appel, du nouveau au sujet de l’effet dévolutif

(Ou le meilleur du décret 2023-1391 du 29 décembre 2023)Il n'est pas totalement absurde d'imposer à l'appelant de définir rapidement l'objet de l'appel et de demander aux parties de faire connaître clairement ce qu'elles entendent, dans la décision du premier juge,...

Réforme de la procédure d’appel, des raisons d’espérer ?

Le décret 2023-1391 du 29 décembre 2023 "portant simplification de la procédure d'appel en matière civile" n'échappe pas à la mode hilarante de la simplification continuelle. Il ne revient pas sur la logique "punitive" introduite par les décrets Magendie, qui a...

Thierry Wickers élu premier vice-président du CCBE

La session plénière du Conseil des barreaux européens (CCBE) s'est tenue à Athènes le 24 novembre 2023. A cette occasion, Thierry Wickers, avocat associé chez Elige Bordeaux a été élu premier vice-président.Depuis le 1er janvier 2024, Thierry Wickers a pris...

Intervention de Maître Jean VALIERE-VIALEIX sur RTL le 23/11/2023 – Avocat associé Elige Limoges

Extrait de l'intervention de Maître Jean VALIERE-VIALEIX dans l'émission "Ça peut vous arriver" du 23 novembre 2023 avec Julien Courbet sur RTL. SujetArnaque à la rénovation énergétique.Le procès de BDPA Rénovation, pour escroquerie aux travaux de rénovation, s'est...

Peut-on connaitre la date de décès d’une société ?

La date de décès d'une société devrait être aussi facile à déterminer que pour un être humain, mais ce n'est pas le cas.La date de décès dans les textes.Lorsque les associés décident de la dissolution de la société, celle-ci entre dans une phase de liquidation...

L’application des règles de la prescription en matière de saisie immobilière

L'application des règles de la prescription en matière de saisie immobilière continue à donner lieu à des décisions de jurisprudence, tant le sujet est complexe.En matière de saisie immobilière, il existe deux actes qui sont susceptibles d'avoir un effet interruptif...

OFFRE EMPLOI – Assistant(e) juridique expérimenté(e) sur Bordeaux

La société d'avocats Elige Bordeaux recruteun(e) assistant(e) juridique expérimenté(e).La société d'avocats Elige Bordeaux recherche un(e) assistant(e) juridique pour un contrat CDI à temps plein (35 heures), sur 4 ou 5 jours.Profil recherché :Un(e) assistant(e)...