Location de meublés touristiques et nuisances : vous pouvez agir !

30 Juin. 2021 | Veille juridique

La location de biens immobiliers à des touristes peut être la cause de nombreuses nuisances. Celles-ci sont d’ailleurs bien souvent illicites, quand le règlement de la copropriété interdit la gêne des autres copropriétaires.

De nouvelles démarches contre les nuisances :

Les pouvoirs publics mènent une campagne en deux temps pour contrôler la location de biens meublés à des fins touristiques dans les grandes villes françaises.

La première mesure concerne le pourcentage de biens dédiés à la location touristique dans les centres-villes. En effet, les pouvoirs publics souhaitent s’assurer de la disponibilité suffisante d’appartements à la location de longue durée. C’est pour cette raison qu’il a été retenu qu’un propriétaire ne pouvait louer sa résidence principale plus de cent jours par an (Code du tourisme, article L. 324-1-1).

Il a également été rappelé qu’un propriétaire d’appartement, souhaitant changer la destination de son bien (à l’origine d’usage d’habitation, en meublé de tourisme) doit obtenir un changement d’usage avec compensation (Code de la construction et le l’habitation, article L. 631-7).

Cet encadrement a pour objectif secondaire d’éradiquer les effets néfastes subis par les autres copropriétaires. Ces derniers peuvent décider d’agir (en suivant le droit commun) pour faire cesser les troubles.

 

Quand les nuisances mènent à la cessation d’activité

Dans les faits, au cœur du VIIIème arrondissement parisien, deux sociétés propriétaires de lots dans un immeuble, les proposaient à la location sur trois plateformes dédiées. L’occupation constante de ces biens a mené à des nuisances telles que des tapages nocturnes, des allées et venues incessantes, des insultes envers les autres habitants, mais également l’occupation et le non-respect des espaces communs, la consommation de substances controversées et l’exposition de sous-vêtements aux fenêtres.

Par l’ordonnance du 12 mai 2021, le tribunal a reçu la demande du syndicat des copropriétaires, sommant les sociétés de cesser leur activité pour non-respect du règlement de copropriété, les condamnant à une amende de 700€/jour et par infraction constatée. La cessation d’activité a été prononcée pour seize mois, au motif que « l’interdiction définitive de l’activité de location saisonnière dans les lots litigieux nécessite une interprétation du règlement de copropriété relevant du seul pouvoir des juges du fond ».

Les règlements de copropriété rappellent en général des clauses relevant de la politesse, de la moralité et de la vie en communauté : respect des espaces communs, diminution du bruit, etc.

location de meublés touristiques et nuisancesDans le règlement de copropriété de l’immeuble en cause, les termes prévoient que chaque appartement ou chambre peut être affecté à un usage d’habitation, à un usage professionnel ou à un usage commercial. Ce règlement, adopté le 15 juillet 2008, puis modifié les 20 novembre et 12 décembre de la même année, a été rédigé alors même que les plateformes de location touristiques étaient en pleine expansion. Une clause interdisant la location en meublé touristique aurait donc pu être intégrée dès lors. Mais le règlement en question autorise même la location des appartements et chambres à des touristes pour de courtes durées. L’activité des deux sociétés n’était donc pas contraire au règlement.

La distinction se fait cependant sur la nature de l’occupation des appartement qui nuisait au confort des autres occupants. Le règlement stipule que les occupants ne doivent « pas nuire aux propriétaires des autres lots ». L’activité de location de cette affaire nuisant aux autres copropriétaires, elle constituait bien une violation des devoirs généraux de comportement stipulés dans le règlement de copropriété. Le tribunal a donc jugé le trouble illicite au sens de l’article 835 du code de procédure civile et a prescrit toutes les

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Combien de temps pour poursuivre le notaire qui s’est trompé lors de l’envoi des fonds ?

La prescription de l'action en responsabilité du notaire ne court pas nécessairement du jour où ce dernier a commis une faute. La responsabilité de l'officier public est subsidiaire. Pour pouvoir poursuivre utilement le notaire, la victime doit prouver que son...

Les données personnelles d’un salarié sur un ordinateur professionnel sont-elles recevables ?

Le juge ne peut écarter des débats des éléments de preuve provenant de l'agenda électronique du salarié disponible sur son ordinateur professionnel sans avoir vérifié que ces pièces étaient identifiées par leur auteur comme personnelles.Après avoir pris acte de la...

Abandon de poste et indemnisation chômage, ce qui risque de changer en 2023

L'assurance chômage est en principe réservée aux personnes qui sont privées involontairement d'emploi. Pourtant, actuellement, lorsqu'un salarié abandonne son poste sans justification, son employeur peut le licencier. Il est alors éligible à l'allocation chômage....

La liberté d’accès du public aux documents administratifs

Pierre angulaire de toute société démocratique, le principe de liberté d'accès du public aux documents administratifs permet de garantir la transparence des activités de l'administration.Cette liberté est garantie par la commission d'accès aux documents...

Installations classées et sols pollués : la Cour de cassation étend l’obligation d’information

Par un arrêt du 21 septembre 2022, la Cour de cassation étend l'obligation d'information pesant sur le vendeur relativement aux installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) sur des parcelles où il n'était pas démontré qu'une activité soumise à...

La discipline des notaires après la réforme – Une nouvelle échelle des peines

La modernisation de l'échelle des peines passe par deux mesures principales : la refonte de l'échelle des peines pour la rendre plus progressive  et l'apparition des sanctions financières.L'ancienne échelle des peines comprenait six niveaux de peines : Le rappel à...

La discipline des notaires après la réforme – La naissance d’un service d’enquête

L'instruction disciplinaire ne sera pas confiée à un rapporteur. Elle sera réalisée par un service d'enquête spécialisé, fonctionnant en toute indépendance. On retrouve au stade de l'enquête la volonté d'améliorer la qualité de la procédure disciplinaire.Chaque...

La discipline des notaires après la réforme – La professionnalisation des juridictions disciplinaires

La "professionnalisation" décidée par la loi n'est pas un transfert de la discipline aux professionnels concernés. Il s'agit plutôt de garantir que la discipline sera assurée par des juges disciplinaires maîtrisant les arcanes de la procédure.Le système actuel qui...

La discipline des notaires après la réforme – La suspension provisoire

La suspension provisoireLa suspension provisoire est une mesure particulièrement redoutable, puisqu'elle peut parfois équivaloir à une mort professionnelle pour la personne qui en est frappée. Cette sanction ne peut être prononcée que par un magistrat professionnel....

La discipline des notaires après la réforme – Les nouveaux pouvoirs du président du conseil régional ou interrégional

Les nouveaux pouvoirs du présidentdu conseil régional ou interrégionalLe président du conseil régional ou interrégional des notaires n'intervient pas seulement pour décider d'une conciliation et l'organiser. Des pouvoirs propres de sanction et de contrainte lui sont...