Le devoir de mise en garde

5 Mai. 2022 | Elige Bordeaux, Infos

Le devoir de mise en garde implique l’existence d’un crédit excessif.

Le devoir de mise en garde implique l’existance d’un crédit excessif. Cette condition doit toujours être remplie.

La banque est tenue, à l’égard de la caution non avertie, d’un devoir de mise en garde.

La caution non avertie est une caution qui n’a pas, une connaissance approfondie de la situation de l’emprunteur et de l’opération projeté. Le plus souvent, le chef d’entreprise, en raison de sa situation, sera considéré comme une caution avertie.

Le devoir de mise en garde impose à la banque de signaler les risques à la caution non avertie.

Dans le cadre de son devoir de mise en garde, la banque doit attirer l’attention de la caution non avertie sur les risques de son engagement, dans deux hypothèses. Lorsque l’engagement n’est pas adapté aux capacités financières de la caution, ou lorsque l’on peut penser que le crédit n’est pas adapté aux capacités financières de l’emprunteur, et que l’endettement est excessif.

Lorsque le banquier néglige d’accomplir son devoir de mise en garde, il peut être condamné à des dommages et intérêts, qui répareront la perte de chance, pour la caution, de ne pas s’engager. Si la caution avait reçu l’avertissement de la banque, il y avait en effet des chances pour qu’elle renonce à se porter caution.

Le devoir de mise en garde n’existe qu’en présence d’un crédit excessif.

Cependant, il ne faut pas perdre de vue un point capital. On ne met en garde que contre un crédit excessif. En d’autres termes, avant de reprocher à la banque d’avoir manqué à son devoir de mise en garde, la caution devra d’abord démontrer l’existence d’un crédit excessif. La jurisprudence est parfaitement claire sur ce point, c’est sur la caution que repose la charge de la preuve. Ce n’est qu’ensuite, si l’existence d’un crédit excessif est établie, qu’il y aura lieu de vérifier comment le banquier s’est comporté, et s’il a bien donné l’avertissement qui lui incombait.

Cette logique avait totalement été oubliée par une caution qui reprochait à la banque d’avoir été négligente dans l’instruction du crédit : elle avait octroyé le crédit sans se soucier de se préoccuper des informations nécessaires sur la situation de l’emprunteur. Comment aurait-elle pu dans ses conditions, accomplir son devoir de mise en garde ?

Reproche sans portée, à partir du moment où la caution, de son côté, n’avait pas été en mesure de prouver, au préalable, qu’un crédit excessif avait été accordé. Or, comme on vient de le voir, on ne peut mettre en garde que contre un risque qui existe. Peu importe les négligences de la banque dans l’instruction du crédit. La seule chose qui compte est l’existence, ou pas, d’un crédit excessif.

La solution adoptée par la Cour de cassation (Cass. Com., 9 mars 2022, n° 20-16.277) est parfaitement logique. L’arrêt est tout de même publié au bulletin.

Auteur de l’article

Thierry WICKERS
Avocat associé à Elige Bordeaux

t.wickers@elige-avocats.com

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Réforme Partie 1 – Le traitement des plaintes des tiers

Pour "renforcer la confiance du public dans l'action des professionnels du droit", la loi n°2021-1729 du 22 décembre 2021 a engagé une réforme en profondeur des règles régissant la déontologie et la discipline des différentes professions réglementées du droit. La loi...

Assurance contre l’incendie : 4 règles qui limitent le droit des assurés

Le code des assurances contient différentes règles, applicables en cas d'incendie, dérogatoires au droit commun, qui favorisent les assureurs.Un assuré en conflit avec son assureur ne peut pas saisir directemet le tribunal. Il doit commencer par établir un état de ses...

Licenciement pour inaptitude et consultation CSE

L'employeur est dispensé de consulter le CSE quand il a été dispensé d'effectuer des recherches de reclassement par le médecin du travail. Depuis 2017, la procédure de licenciement pour inaptitude professionnelle et non-professionnelle a été unifiée. Pour rappel,...

La caution doit être l’auteur des mentions manuscrites

La caution doit être l'auteur des mentions manuscrites et pas seulement de la signature au pied de l'acte de caution. Le cautionnement est un garantie très utilisée. Elle est bien plus facile à recueillir qu'une hypothèque (qui demande un acte notarié et une...

Construire sur le terrain d’autrui

Construire sur le terrain d'autrui, c'est nécessairement prendre un risque, puisque la règle générale fixée par le code civil (article 551) est fort simple : le propriétaire du terrain devient automatiquement propriétaire des constructions édifiées sur son terrain.A...

15 février 2022 : obligation pour les salariés de présenter un passe vaccinal complet dans certaines entreprises

Dès le 15 février, les salariés travaillant dans des lieux accueillant du public doivent présenter un passe vaccinal pour accéder à leur lieu de travail.Ils devront présenter : soit un justificatif du statut vaccinal attestant d'un schéma vaccinal complet ; soit un...

Licenciement économique, attention danger !

Reclassement en dehors du groupe, que dit votre convention collective ?Depuis une des ordonnances de septembre 2007, la recherche de reclassement s'effectue sur le territoire national dans l'entreprise ou les autres entreprises du groupe dont l'entreprise fait partie...

Prélèvement à la source : le salarié peut-il être contraint de payer 2 fois ?

Le mécanisme du prélèvement à la source conduit le salarié à payer ses impôts entre les mains de son employeur, avec le risque que celui-ci ne reverse pas l'impôt  entre les mains de l'administration fiscale. Le salarié peut-il être contraint de payer deux fois...

Thierry WICKERS président du Conseil des barreaux européens en 2025

Vendredi 10 décembre 2021 se tenait l'élection du 3ème Vice Président du Conseil des barreaux européens (CCBE). C'est Thierry WICKERS, avocat associé au cabinet Elige Bordeaux, qui a été élu.A la suite des dernières mesures sanitaires, l'élection qui devait se...

Impayés des cantines scolaires

Les maires notamment des plus petites communes, se pensent souvent démunis et peu soutenus. Mais des solutions existent pour se sortir de cette situation.