Le contre-pied subi par la chambre criminelle

10 Avr. 2021 | Veille juridique

Le contre-pied subi par la chambre criminelle est particulièrement spectaculaire. Il est le fait du Conseil constitutionnel, dont elle a tenté de braver l’autorité. La période n’est pas très faste pour les droits de la défense, profitons de l’épisode.

Le droit au silence

Lorsque le droit au silence est inscrit dans les textes, comme c’est le cas pendant une garde à vue, lors de la première comparution devant un juge d’instruction, ou encore devant le tribunal correctionnel, aucune difficulté ne se pose. La jurisprudence l’a également élargi sans trop de mal à des cas comme l’audition d’une personne devant la chambre de l’instruction saisie de l’appel d’une ordonnance de renvoi devant la cour d’assises (Dalloz actualité, 6 juin 2019, obs. S. Fucini).

La Cour de cassation sous la menace des questions prioritaires de constitutionnalité (QPC)

Le Conseil constitutionnel a été saisi à deux reprises, en l’espace de quelques mois de QPC relatives à la constitutionnalité de dispositions du code de procédure pénale, ne rappelant pas le droit au silence. Ce sont d’abord les articles 395 et 396 du code de procédure pénale qui ont été mis en cause. Ils n’imposent pas au juge des libertés et de la détention, saisi aux fins de placement en détention provisoire dans le cadre de la procédure de comparution immédiate, l’obligation de notifier au prévenu son droit de se taire. Une autre saisine concernait l’article 199 du code de procédure pénale et les débats sur la détention provisoire, devant la chambre d’instruction.

La Cour de cassation tente le passage en force

Le 24 février 2021, la Cour de cassation a rendu un nouvel arrêt à propos du droit au silence (https://www.dalloz-actualite.fr/flash/l-avis-de-cour-de-cassation-sur-droit-de-se-taire-au-cours-des-debats-sur-detention-provisoire#.YHHUgz86-Uk)

Sachant que la QPC relative à l’article 199 n’était pas tranchée, les magistrats de la chambre criminelle ont néanmoins décidé de statuer, au motif assez paradoxal que la question de la constitutionnalité du texte était déjà soumise au Conseil constitutionnel.

La chambre criminelle s’est donc empressée de juger que la chambre d’instruction pouvait parfaitement mener les débats relatifs à une demande de mise en liberté sans avoir informé le mis en cause de son droit de se taire.Tout au plus a-t-elle concédé que les déclarations malheureuses que le mise en examen pouvait faire à cette occasion ne pourraient pas être utilisées contre lui.

Le contre-pied subiLe contre-pied subi par la chambre criminelle (1er épisode)

Dans une première décision du 4 mars 2021, le Conseil constitutionnel juge que les articles 395 et 396, qui ne prévoient pas que le prévenu traduit devant le juge des libertés et de la détention doit être informé de son droit de se taire, portent atteinte au droit au silence. Il déclare en conséquence les dispositions contestées contraires à la Constitution. Le Conseil constitutionnel reporte au 31 décembre 2021 les effets de l’abrogation des textes, mais, il enjoint aux juges des libertés et de la détention de notifier, dès à présent leur droit au silence aux prévenus qui comparaîtront devant lui !

Le contre-pied subi par la chambre criminelle (2ème épisode)

La suite ne s’est pas faite attendre longtemps. Le Conseil constitutionnel fait à nouveau la leçon aux juges de la chambre criminelle. Le 9 avril 2021, il déclare cette fois le texte de l’article 199 du code de procédure pénale contraire à la Constitution. De nouveau, il reporte les effets de l’abrogation au 31 décembre 2021. Néanmoins, cette fois, c’est aux magistrats de la chambre d’instruction qu’il enjoint, jusqu’à l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi ou jusqu’à la date de l’abrogation des dispositions contestées, d’informer la personne mise en examen de son droit de se taire.

 

Par Thierry Wickers – Elige Bordeaux

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OFFRE EMPLOI – Avocat collaborateur H/F en droit des affaires

Elige Bordeaux recrute un avocat collaborateur H/Fen droit des affaires et en contentieux général privé.L'OFFRE La société d'avocats Elige Bordeaux, intervenant notamment en droit des affaires et en contentieux général privé, recherche un avocat collaborateur H/F à...

OFFRE EMPLOI – Avocat collaborateur H/F en contentieux général privé

Elige Bordeaux recrute un avocat collaborateur H/Fen contentieux général privé.L'OFFRE La société d'avocats Elige Bordeaux, intervenant notamment en matière de contentieux général privé, recherche un avocat collaborateur H/F à temps plein disposant d'au moins deux ans...

Licenciement pour inaptitude et consultation CSE

L'employeur est dispensé de consulter le CSE quand il a été dispensé d'effectuer des recherches de reclassement par le médecin du travail. Depuis 2017, la procédure de licenciement pour inaptitude professionnelle et non-professionnelle a été unifiée. Pour rappel,...

Le devoir de mise en garde

Le devoir de mise en garde implique l'existence d'un crédit excessif.Le devoir de mise en garde implique l'existance d'un crédit excessif. Cette condition doit toujours être remplie. La banque est tenue, à l'égard de la caution non avertie, d'un devoir de mise en...

La caution doit être l’auteur des mentions manuscrites

La caution doit être l'auteur des mentions manuscrites et pas seulement de la signature au pied de l'acte de caution. Le cautionnement est un garantie très utilisée. Elle est bien plus facile à recueillir qu'une hypothèque (qui demande un acte notarié et une...

Construire sur le terrain d’autrui

Construire sur le terrain d'autrui, c'est nécessairement prendre un risque, puisque la règle générale fixée par le code civil (article 551) est fort simple : le propriétaire du terrain devient automatiquement propriétaire des constructions édifiées sur son terrain.A...

15 février 2022 : obligation pour les salariés de présenter un passe vaccinal complet dans certaines entreprises

Dès le 15 février, les salariés travaillant dans des lieux accueillant du public doivent présenter un passe vaccinal pour accéder à leur lieu de travail.Ils devront présenter : soit un justificatif du statut vaccinal attestant d'un schéma vaccinal complet ; soit un...

Licenciement économique, attention danger !

Reclassement en dehors du groupe, que dit votre convention collective ?Depuis une des ordonnances de septembre 2007, la recherche de reclassement s'effectue sur le territoire national dans l'entreprise ou les autres entreprises du groupe dont l'entreprise fait partie...

Prélèvement à la source : le salarié peut-il être contraint de payer 2 fois ?

Le mécanisme du prélèvement à la source conduit le salarié à payer ses impôts entre les mains de son employeur, avec le risque que celui-ci ne reverse pas l'impôt  entre les mains de l'administration fiscale. Le salarié peut-il être contraint de payer deux fois...

Thierry WICKERS président du Conseil des barreaux européens en 2025

Vendredi 10 décembre 2021 se tenait l'élection du 3ème Vice Président du Conseil des barreaux européens (CCBE). C'est Thierry WICKERS, avocat associé au cabinet Elige Bordeaux, qui a été élu.A la suite des dernières mesures sanitaires, l'élection qui devait se...